Mobile: 09811560116,   Email: akumars.world@hotmail.com

La ligne - Celle-ci traverse l’espace à la manière d’une ficelle !

About Me

Ashok kumar est un artiste né dans le Bihar, au nord de l’Inde. Son travail procède d’une chose, que en est à la fois le motif et le moteur :la ligne. Celle-ci traverse l’espace à la manière d’une ficelle : elle s’y déploie en ligne brisée, ligne souple, pliée, éntirée ou bouclée pour donner le jour à l’imbrication des formes. Cette ligne qui sillonne, le lieu pictural semble se modifier par delà les femmes, les crocodiles et tous les personnages que sont l’horizon, le carré, le soleil et le rebord ; changeant ainsi de texture, de densité, de couleur, de tension, de forme ou de longueur au fil des figures qu’elle parcourt comme au cours des parcours qu’elle figure.

Disons que cette ligne est le sujet effectif de ce dessin. Ainsi ce travail est entièrement tourné vers ses propres modalités. De telles préoccupations l’inscrivent dans la modernité picturale, telle qu’on la voit chez Paul Klee par exemple et l’un des aboutissement consisterait a ne s’occuper plus que de la ligne, en admettant qu’elle soit sa propre figure, et non de ce qu’elle cerne comme image qui deviendrait alors envisageable comme prétexte, c'est-à-dire une condition parmi d’autres possibles. Ci cette modernité est historiquement inspirée de l’orient, disons que cette même histoire fait en sorte qu’elle y revienne, par l’océan pacifique. Ashok kumar l’a lui-même rapportée de ses séjours en Europe avec l’empreinte stylistique que laisse nécessairement un tel va et vient.

Mais l’admission de la ligne parmi les figures ne peu se réaliser qu’au détriment de la figure conçue comme image. Comment le nom des choses change-t-il ? C’est la question qui surgit en observant les dernières œuvres exposées a Paris cet hiver dans la galerie ‘ éof ‘ ou nous avons pu voir dans les dessins que, tout en conservant les principes actifs qui régissent les œuvres plus anciennes, les travaux récents conduisent l’exploration, vers des situations plus radical. La constructions des œuvres s’élabore selon des modalités telles que l’image est mise en demeure d’abandonner la place qu’elle occupe depuis longtemps, ou bien de conclure un accord avec d’autres forces. Quel est cet accord qui donne au territoire occupe par le dessin une telle tension ? Qui en sont les belligérants ? C’est l’artiste, qui suscite le conflit puisque, en redistribuant les valeurs de la représentation, le conflit devient inévitable. N’est ce pas la une des choses que nous sommes en droit d’attendre d’un artiste ? Tout au mois d’un artiste pour qui dans chaque geste le monde est à recommencer. A force de filmer la terre, nous filmerons les mort ‘ précisent Straub et Huillet, à force de dessiner un tigre.

Ashok kumar est bien conscient qu’il trace une ligne sur un plan. Un trait entre deux ‘vouloir’. C’est la raison pour laquelle le tigre ne peut plus supporter la situation, car malgré l’image de la force qu’il est censé signifier, il n’est rien de plus qu’un alibi. Perdu dans la forêt il n’est qu’un signe, car la puissance abandonne le fauve, pour s’incarner dans le trait qui devient le roi de la forêt. Les figures qui peupient les dessins d’Ashok kumar s’inquiètent des sombres conflits qui se trament entre les images séculaires, gardiennes du signe, et les traits devenant de plus en plus autonomes. Ceux-ci, émancipes du devoir auquel ils furent assignes depuis des lunes, deviennent les béligérents d’une lutte voulue par l’artiste, ils sont désormais aptes à inventer de la signification, à occuper le territoire.

Il faut observer les dessins de Ashok kumar, regarder la rumeur qui gronde entre la rayure centrale du tigre coupant en deux la bête, et la bouche entr’ouverte de la jeune morte. Comprendre que le blanc coincé entre le trait souple du ventre de l’animal et la ligne sans vie des hanches de la morte, occupe la même surface que le vide compris entre la lune et la terre.C’est alors que nous comprendront que l’œuvre invente et expérimente des règles qui n’existent pas, elles s’accomplissent sous nos yeux, y faisant apparaître une nature que nous ne soupçonnions pas.

Jean C. Ruggirello & Mathieu Provancal (Paris , France)

Read More »


All Rights are reserved by Online Ashok Designed By Macreel Info Soft Pvt. Ltd.